Quand tu dis qu’un avion “se crashe”

                                                                            Et chroniqueur de notre temps,                                                                              Toi qui fus de nos jeux d'enfants,                                                                            Permets que ton amie Noëlle                                                                                  Te gronde...affectueusement :

Cher Manu, passeur de nouvelles                                                                        Et chroniqueur de notre temps,                                                                          Toi qui fus de nos jeux d’enfants,                                                                    Permets que ton amie Noëlle                                                                               Te gronde…affectueusement

Quand tu dis qu’un avion « se crashe,»                                                                  (Voilà un mot cher aux médias)                                                                              Eh bien oui, c’est plus fort que moi :                                                                      Je crois voir…ou  j’entends…qu’on crache,                                                            Et cela m’amuse parfois   !

Un crachat qui dans le ciel vole !                                                                             Aïe aïe aïe ! Courons nous garer !                                                                             Une seconde je rigole,                                                                                               Mais l’instant d’après me désole                                                                          En me représentant les faits ;

Et là commencent mes remords,                                                                           Suis-je dépourvue d’empathie ?                                                                               Lente à voir les âmes meurtries                                                                              Plongées soudain dans la  détresse ?                                                                       J’imagine les pauvres morts,                                                                              Les pilotes, les jeunes hôtesses                                                                              Et les proches des disparus                                                                                    Laconiquement prévenus,                                                                                        Enfin la quête dérisoire :                                                                                          « Voici un bras, l’autre est perdu,                                                                            Et trouvez-nous  la boîte noire »

Là-dessus, ma petite Aline                                                                                        Pâlit,  puis va cacher ses pleurs                                                                                Sous un prétexte à la cuisine ;                                                                                  C’est bien la fille de mon cœur,                                                                                  Sœur Teresa pour ses copines !

Mes jumeaux,… est-ce l’âge bête ?…                                                                        Combattant nos morosités,                                                                                       Prennent leur fusée et la jettent                                                                              Dans  la compote de Bébé.

Enfin, quand il entend  « se crache »                                                                      Fini le temps où il pouffait,                                                                                Mon époux s’étouffe et se fâche                                                                              Et bougonne dans sa moustache :                                                                         « Ils abîment notre français ! »

En cette saison, cher Manu,                                                                                 Où un vent froid nous mange crus,                                                                       On taille au verger des branchages ;                                                                      Eh bien, fais faire l’élagage                                                                                    Au jardin des mots ambigus ;

« Crash » pour moi a peu de  malice                                                                   Mais beaucoup d’ambiguïté  ;                                                                                 Aussi quand de tels mots sévissent                                                                       Mieux vaut vite les remplacer ;

Un tel intrus avec le temps                                                                                    Dans notre langue prend racine ;                                                                          Si nous tardons à l’extirper,                                                                                     Il est presque enfant légitime.

Quand le franglais,  (fichue nuisance !)                                                                    Nous chagrine et nous contrarie,                                                                            Le temps n’est plus à l’insouciance ;                                                                Que fait chez nous l’Académie ?                                                                            Et le Québec ? Qu’est-ce qu’il pense ?                                                                Lui qui forge de bons outils ? (1)

Et sur nos écrans,  nos affiches,                                                                              Que fait pour nous la loi Toubon ?                                                                         Se vautrant dans leur pollution,                                                                            Nos publicitaires s’en fichent,                                                                                 « Ce qui compte, c’est le pognon »                                                                 Alors quoi ?  Demain  le globish ? 

 

+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°                                                                      (1) Hommage et salut amical à nos amis canadiens  qui luttent vaillamment  pour conserver la langue française, encore  plus menacée chez eux que chez nous.